Venise : sa lagune et son patrimoine en danger

David Kaniewski, Frédéric Luce et Thierry Otto, tous trois membres de l’équipe DEEP, ont piloté cette étude. Depuis l’extraction et l’identification des bioindicateurs fossiles jusqu’à la publication des résultats, l’ensemble a été réalisé au CRBE.

Une équipe internationale, pilotée par le Centre de recherche sur la biodiversité et l’environnement (CRBE) et le laboratoire Théoriser et modéliser pour aménager (ThéMA), a démontré que l’environnement autour de ce qui deviendra Venise s’est transformé en une lagune 6600 ans av. l’actuel. L’intrusion progressive d’eau salée a engendré un bouleversement écologique, remodelant complètement la végétation alluviale côtière et transformant la zone en marais salants qui sont aujourd’hui eux-mêmes menacés par l’élévation du niveau marin. Ces données sont publiées dans la revue Global and Planetary Change du mois de mai.

La lagune de Venise (Italie), la plus grande zone humide du bassin méditerranéen, est extrêmement vulnérable aux variations du niveau relatif de la mer, résultant à la fois du changement du niveau marin sensu stricto mais également d’une subsidence côtière importante.
Dans un futur proche, les pressions environnementales résultant d’une augmentation du niveau marin auront un impact majeur sur les écosystèmes côtiers vénitiens, avec une perte significative de zones humides en partie due à une réduction drastique des marais salants dans la lagune. Nous avons étudié comment la montée des eaux pourrait engendrer de tels bouleversements écologiques et remodeler entièrement ces habitats côtiers.

Carrotage dans les marais salants de la lagune de Venise

Depuis 7000 ans environ, nous avons démontré que l’évolution des écosystèmes reflète principalement l’intrusion progressive d’eau salée. Ce processus a progressivement remodelé la végétation côtière en transformant la zone en marais salants. Avant que l’influence marine ne devienne dominante, la zone était principalement alimentée par un important réseau d’eau douce permettant le développement d’une végétation alluviale diversifiée. Les pressions environnementales ont nettement augmenté il y a environ 6800-6600 ans av. l’actuel, lorsque l’eau de mer a commencé à influencer de manière significative la région, affectant le système de marécages. Ces apports marins ont favorisé l’émergence et le développement d’une végétation tolérante au sel, et ont jeté les bases de ce qui allait devenir les habitats actuels de marais salants caractéristiques de la lagune.

L’histoire de la lagune de Venise souligne comment la montée du niveau relatif de la mer et l’intrusion d’eau salée peuvent bouleverser les écosystèmes. Le passé de la lagune nous indique que l’élévation actuelle et future constitue une menace écologique sérieuse pouvant aboutir à un bouleversement majeur des habitats dans un avenir proche. Cela représente également une menace pour le riche patrimoine culturel et architectural de Venise, symbole de l’ingéniosité humaine face aux défis naturels.

David Kaniewski

Maitre de conférence
david.kaniewski@univ-tlse3.fr 05 61 55 89 11

Références

Holocene sea-level impacts on Venice Lagoon's coastal wetlands. David Kaniewski, Nick Marriner, Matteo Vacchi, Dario Camuffo, Alexandra Bivolaru, Giovanni Sarti, Duccio Bertoni, Luc Diatta, Nirefs Markakis, Amedeo Martella, Thierry Otto, Frédéric Luce, Diego Calaon, Daniela Cottica, Christophe Morhange. Global and Planetary Change, mai 2024.

Autres actualités